· 

Comment choisir son chiot ?

Nous avons vu dans le précédent article comment choisir la race de chien qui convient à son train de vie. L’étape suivante est de trouver un éleveur où tu pourras trouver un chiot !

 

Pour être sûr de trouver un éleveur réputé qui vous conseillera au mieux pour toi et ton chiot, la SCC (Société Centrale Canine) a mis en place un programme d'élevage certifié pour fournir une liste d'éleveurs fiables qui respectent les directives. 

 

Pour trouver le chiot qui te correspond, tu vas devoir prendre le temps de choisir le bon. Chaque chiot a son propre caractère. Afin de sélectionner le chiot au sein d’une portée, il faut aller chez l’éleveur quand les petits ont 4 à 6 semaines, afin de les observer entourés de leurs frères et sœurs, et de leur maman. Certains chiots ne seront peut-être déjà plus disponibles car réservés par d’autres personnes. Ne choisit pas un chiot qui ne répond pas à tes attentes, juste parce qu’il est disponible (et même si c’est très difficile de ne pas craquer à cette belle bouille poilue !). Il vaut mieux attendre quelques semaines ou quelques mois.

 

Voici un petit guide, pour t’aider lors de la visite dans l’élevage :

1.  Questions à poser à l’éleveur :

Sur les parents :

  • Combien de portées la maman a-t-elle eu et combien par an ? 
  • Comment la gestation s'est-elle déroulée ? 
  • La maman et le papa sont-ils en bonne santé ? Aucun problème d’articulations ou oculaires ?

 Sur le chiot :

  • Dans quel environnement la portée est-elle élevée ? Les chiots élevés dans un foyer occupé, avec d'autres animaux, des enfants et beaucoup de visiteurs seront plus sociables que ceux élevés dans un foyer plus calme ou dans des chenils.
  • Quand sera posée la puce électronique sur le chiot ? 
  • Est-ce que le chiot est vacciné, traité contre les vers et les puces avant l’adoption ? 
  • Est-ce qu’il y aura des tests relatifs à d’éventuels problèmes génétiques dus à la race ?

2. Aller voir la portée

 

 

  • Demandes à voir la maman et observes sa taille et son caractère, cela pourras te donner une idée des caractéristiques de ton chiot quand il sera adulte.
  • Observes tous les chiots dans l'environnement. Ont-ils l'air d'être en bonne santé, heureux et sociables ?

 

 

 

  • Vérifies la santé des chiots :

          - Les déplacements : un chiot sain ne boîte pas. Lorsqu'il est éveillé, il doit être vif et joueur. Accroupis-toi et appelles les chiots, ils doivent venir vers toi par curiosité.

          - Les yeux doivent être secs et propres, sans croûtes ou pus, sans rougeur ni traînée de larmes.

         - Les oreilles : l'intérieur doit être bien propre, sans croûte, saletés, ni odeur nauséabonde. Attention à la gale d'oreilles très fréquente dans les élevages.
         - Le nez doit être humide et frais et ne doit pas couler.
         - La vue et l'audition : vérifies que ton futur compagnon suit des yeux ta main ou un jouet en mouvement et qu'il réagit au claquement des doigts.
          - La peau en général : le poil doit être fourni et luisant, sans croûtes, pellicules ou boutons. 

3. Choisir son chiot :

  • Vérifies le comportement des chiots :

         - Dominant ou dominé : regardes le chiot agir au milieu de la portée, puis mêles-toi au jeu (avec une balle ou autre jouet). Un futur dominant sera celui qui tente d'être le premier, qui empêche les autres de participer, voire qui montre déjà de l'agressivité. Un tel chien aura besoin d'un maître autoritaire qui saura prendre en main son dressage. Un « dominé » sera le dernier de la bande, n'osant pas se mêler aux autres. Il jouera plus volontiers si on l'isole du reste de la portée. Ce sera un chien beaucoup plus calme et docile, idéal avec des enfants.

        - Test de soumission : attrapes le chiot par la nuque et immobilises-le, dos au sol. Un chiot équilibré va tenter de se débattre quelques secondes, puis s'arrêter de bouger. Un chiot qui n'accepte pas cette position et cherche à mordre sera un dominant qui ne supportera pas la contrainte. Un futur dominé sera au contraire totalement passif et ne cherchera pas à se dégager.

 

  • Demandes à l’éleveur des informations sur le caractère du chiot, sur son état de santé (y compris les tests génétiques et les examens de santé éventuels) et sur son pedigree. Son pedigree (ancêtres/arbre généalogique) doit remonter sur environ cinq générations. 
  • Assures toi que l’éleveur pourra te fournir lors de l’adoption tous les documents réglementaires. La liste est dans le petit carnet « Le quotidien de mon chien ».

 

L’éleveur pourra te guider lors du choix du chiot. Il connait leur tempérament et sait comment ils seront adultes. En fonction de ce que tu lui diras sur ton train de vie, il pourra te conseiller sur le caractère d’un chiot qui te correspond mieux qu’un autre.

Mon histoire avec Meiko :

Je réfléchissais depuis plusieurs mois (voire années !) à quelle race de chiot pouvait convenir à mon rythme de vie. Je savais que je me sentais plus proche des chiens de berger, mais je n’avais aucune idée d’une race précise.

 

Lors d’une exposition canine, j’ai découvert la race des bergers australiens, j’ai discuté avec un éleveur et une propriétaire de berger australien qui m’ont transmis leur passion et leur amour pour cette race. (J’ai surtout craqué pour le chien qui ne lâchait pas sa maîtresse des yeux pendant qu’elle me parlait, pendant près d’une heure !). J’ai ensuite fait beaucoup de recherches sur internet, notamment pour savoir si j’étais capable de pouvoir me dégager suffisamment de temps pour que mon futur chien puisse suffisamment se dépenser physiquement. J’ai ensuite contacté plusieurs éleveurs de bergers australiens, afin de leur poser pleins de questions.

 

Quelques mois après, je suis allée voir l’élevage, et surtout rencontrer les chiots qui venaient de naître… Coup de foudre avec Meiko ! J’étais accompagnée de ma maman, qui a eu le même sentiment que moi : c’était lui ! Avec le recul, si j’avais écouté tout ce que l’on voit écrit sur Internet (mon article en fait partie !) concernant les tests de comportement qui peuvent montrer ce que deviendra le chien une fois adulte, s’il sera plus dominant, apeuré, gardien… je ne sais pas si j’aurais choisi Meiko !

Car Meiko est issu d’une première portée, avec beaucoup de frères et sœurs, la maman n’a pas voulu s’occuper d’eux jusqu’au sevrage… Et lorsque j’allais voir Meiko dans l’élevage, quel coquin ! Il mordillait, me montrait qu’il allait devenir trèèèès têtu, preuve en image :


Mais maintenant, après plus de 2 ans passés ensemble, beaucoup de patience et de persévérance, et après beaucoup de remise en question sur ma façon de l’éduquer, Meiko est un chien adorable, qui écoute très bien (même s’il reste un peu têtu, mais parait-il : « tel maître, tel chien », donc il n’est pas près de changer… !)

 

 

Tout cela pour dire : il est important de bien écouter les conseils des autres personnes, de ce qu’on trouve sur Internet… Mais il faut aussi écouter son cœur !

A bientôt,

Julie

Sources : Wanimo , Purina

Écrire commentaire

Commentaires: 0